Le Retail et son adaptation aux nouveaux modes de consommation

Chaque semaine, AngelSquare étudie l’un des 5 secteurs les plus attractifs pour les investisseurs, et présente les enjeux décisifs pour les investissements en 2018. Découvrez le secteur du Retail, qui obtient la médaille de bronze de notre classement.

Le Retail doit son succès à ses consommateurs, de plus en plus techno-addict!

En constante mutation, le secteur a vu le numérique et les nouvelles technologies complexifier le parcours d’achat et brouiller les frontières entre les canaux traditionnels de distribution et les canaux online.

Toutefois, ces nouvelles technologies représentent de formidables opportunités de créer une nouvelle expérience, personnalisée, originale, et de sublimer la relation client.

Les enjeux du secteur : la fin des boutiques “Brick and mortar” ?

Si l’on pensait un temps que le e-commerce allait supplanter les magasins physiques, force est de constater aujourd’hui qu’il n’en est rien. Malgré une croissance à deux chiffres et près de 82 milliards d’euros de chiffre d’affaires générés en 2017, le e-commerce ne représente encore que 9% des ventes retail. Il a cependant créé de nouveaux comportements des consommateurs, poussant les retailers vers des stratégies « cross canal » ou « web-to-store » ainsi qu’un parcours client intégrant tous les points de contacts, physiques et numériques.

L’expérience de magasin est fondamentale, le canal du e-commerce est juste un canal complémentaire.
— Jacques-Antoine Granjon, PDG de VentesPrivées.com et Business Angel, interviewé par Bourdin sur BFM en 2012
jacques antoine granjon

En réalité, la digitalisation du secteur aura donné un nouveau souffle au magasin physique, qui conserve des atouts majeurs : la possibilité de toucher et d’essayer les produits, d’évoluer physiquement dans l’univers de la marque, mais également le contact humain, la disponibilité, l’écoute, le conseil personnalisé et professionnel des vendeurs…

Parmi les nombreuses innovations, on peut citer :

· L’intelligence artificielle : souvent employée à personnaliser et optimiser la relation client, elle automatise au fur et à mesure les tâches opérationnelles et permet ainsi aux équipes de se concentrer sur les besoins particuliers et le conseil à forte valeur ajoutée. Elle est également utilisée dans le traitement des données pour prédire et devancer les attentes clients, influençant aussi la gestion des stocks qui s’en voit optimisée, ou encore dans le cadre d’animation digitale impliquant de la reconnaissance faciale.

· IoT : Caisses, bornes, vitrines connectées, etc… ces solutions envahissent le secteur du Retail. L’IoT transforme la chaîne logistique (inventaire automatisé par le biais de solutions Rfid…), mais intervient également dans l’expérience client (personnalisation du parcours en boutique, ciblage précis dans les campagnes d’affichage dynamique). D’ici 2021, les acteurs de la grande distribution mettront en service dans les centres commerciaux et les boutiques plus de 12,5 milliards d’objets connectés. 70 % des décideurs se disent prêts à s’adapter pour adopter l’IoT et 65% prévoient d’investir dans les technologies d’automatisation de la logistique.$

 Exemple de caisse connectée ( Tiller  system), de vitrine connectée (L’Oréal), et de borne connectée (Nespresso)

Exemple de caisse connectée (Tiller system), de vitrine connectée (L’Oréal), et de borne connectée (Nespresso)

· L’AR/VR : les réalités immersives représentent à la fois des expériences client ludiques et originales à l’image de la marque, mais également la forme finale de l’omnicanal. En effet, elles offrent aux retailers l’opportunité de jongler entre des catalogues comportant des milliers de références et des espaces physiques coûteux et limités.

 Shopping immersif dans une boutique Swarovski

Shopping immersif dans une boutique Swarovski

Aujourd’hui utilisée en magasin comme outil de vente ou comme une animation commerciale, les spécialistes y voient un futur média indispensable dans la palette d’outils de ventes en ligne. En 2020, ils attendent entre 82 et 200 millions de casques VR déployés à travers le monde.

Les plus belles levées de fonds en Retail:

#1 ManoMano, le e-commerce spécialisé dans le jardinage et bricolage

ManoMano a créé la première plateforme de e-commerce entièrement destinée aux consommateurs de produits de jardinage, de bricolage ou de rénovation. S’attaquant à un marché déjà très concurrentiel (Leroy Merlin, Boulanger, Castorama), ManoMano a su se démarquer notamment grâce à une excellente gestion de leur plateforme et à la multiplication de ses fournisseurs.

ManoMano, plus grosse levée de fonds 2017 dans le secteur du Retail

#2 Vestiaire Collective, le site de dépôt vente dédié au luxe

Pour Vestiaire Collective, luxe et vêtements de seconde-main ne sont pas forcément des concepts opposés. Un pari remporté haut la main par son fondateur, Sébastien Fabre.

Vestiaire Collective, les plus grosses levées de fonds Retail en 2017

#3 Vide Dressing, le site ecommerce, mais aussi d’échanges et de conseils

Fort d’un million d’utilisateurs, Vide Dressing s’est doté d’une application mobile sur laquelle il opère plus de la moitié de ses transactions. Créé par le fondateur de Rocket Internet, Vide Dressing bénéficie aujourd’hui de l’aide et des conseils de Global Founders Capital, le fonds d’investissement de Rocket.

Vide Dressing, les plus grosses levées de fonds 2017

Quelles évolutions pour 2018 ?

Les défis à relever par les startups:

  • Réduire les frictions à l’achat en favorisant l’omnicanal ou le « commerce unifié », ie faire converger les canaux et proposer une expérience utilisateur homogène avec une plateforme globale. D’un point de vue logistique, cela sous-entend une unification des stocks en croisant les données e-commerce & retail, ainsi que de nouveaux systèmes de livraison rapide (consignes urbaines, à domicile, click&collect, sur rdv, en 1h, automatisée par drone…)

 

  • Faciliter l’authentification et sécuriser les paiements est également un levier favorable à la conversion en ligne comme en boutique. En ligne, les enseignes s’ouvrent au « social Login » (via les connecteurs sociaux de Facebook, Google ou encore Paypal) et optimisent le parcours des systèmes d’authentification forte — rendus obligatoires par la DSP2 pour les montants supérieurs à 30€. En boutique, on dématérialise de plus en plus le paiement en caisse par le déploiement de caisses automatiques, ou encore de solutions d’encaissement mobile, permettant ainsi de fluidifier le trafic.

 

  • Personnaliser et optimiser l’expérience client par une meilleure connaissance client online et en boutique. Les enjeux se concentrent autour de la captation des données en boutique par le biais de plateforme IoT et les progrès de l’Intelligence Artificielle qui, ensemble, rendent possible l’hyper personnalisation et un meilleur ciblage sur l’ensemble des canaux : chatbots, vendeurs connectés, campagnes médias indoor (push notifications, affichage dynamique…).

 

  • Réenchanter l’acte de consommation en transformant le lieu d’achat en un univers de divertissement. Le magasin devient un lieu de vie proposant une expérience enrichie, digitale (ou « phygitale ») et différente grâce à des interactions multiples avec la marque par le biais de services digitaux(bornes de commande, robots, expériences immersives en AR/VR…) ou encore d’un vendeur connecté qui, munit d’une plateforme de connaissance à 360° du client et plus productif sur des tâches opérationnels (préparation des commandes à expédier depuis le magasin, l’organisation de livraison à domicile, l’acceptation des retours en magasin, la réservation d’articles pour essayage avant achat, contrôle des stocks), peut se concentrer sur du conseil personnalisé.

Donnez-nous votre avis en commentaire!

Et vous ? Pensez vous que le secteur du Retail mérite sa place sur la troisième marche du podium ? Si vous avez des questions, des remarques, ou mêmes des points sur lesquels vous n’êtes pas d’accord, partagez-le nous en commentaire.

L’équipe AngelSquare

    Béatrice de Hillerin