Le Business Angel du mois : Chantal Baudron

Chaque mois, AngelSquare vous présente un nouveau membre de sa communauté d’investisseurs. Découvrez les personnalités qui soutiennent l’écosystème startup français et ce qui motive leurs investissements !

Aujourd’hui, découvrez le profil Business Angel de Chantal Baudron, fondatrice du cabinet de conseil en recrutement éponyme et première femme Business Angels de notre classement des Business Angels français les plus actifs.

Bonjour Chantal, qui êtes-vous ? Plutôt entrepreneur ou investisseur ?

J’ai pour habitude de dire que je suis plusieurs personnes à la fois. Entrepreneur par mon activité de chasseur de tête dans la société de conseil en recrutement de cadres Chantal Baudron SAS, que j’ai créée en 1980, et aussi Business Angel puisque je suis aujourd’hui investie dans 19 startups et 4 fonds d’investissement. Et enfin, vous ne vous en doutez surement pas, mais je suis également jardinière et j’ai la chance d’avoir une rose qui porte mon nom.

Quel est votre plus beau moment en tant qu’entrepreneur ?

C’est fait de plein de petits bonheurs, il y a par exemple la conquête d’un nouveau client, la reconnaissance de ses pairs ou un travail en équipe avec des collaborateurs de qualité.

Qu’aimez-vous dans votre activité de Business Angel ?

J’adore planter et j’adore voir grandir. Mon métier de Business Angel me rapproche de ma passion pour le jardinage : les startups sont des jeunes pousses, le vocabulaire est là ! Il faut les aider à croître droit, je sers parfois un peu de tuteur. Je leur donne également mon temps, mon énergie, mon intelligence et un peu d’argent pour les aider à pousser plus vite. C’est cela qui est gratifiant : c’est les voir grandir.

Un bon business Angel c’est quelqu’un qui arrive à accorder à la part d’ange la même importance que la part de business

Ce que vous aimez le moins ?

Les comportements des entrepreneurs sont différents d’une entreprise à une autre. Parfois il arrive que certains startuppers ne donnent pas beaucoup de nouvelles … on ne sait pas ce qu’il se passe dans l’entreprise, et je n’aime pas cela du tout, c’est source d’inquiétudes. En général, si on n’a pas de nouvelles c’est qu’elles ne sont pas très bonnes…

Avez vous déjà fait un mauvais investissement?

Pour l’instant je n’ai aucune catastrophe avérée (rires), mais j’ai quand même des inquiétudes pour une startup dont le produit était destiné au marché chinois. On est assez déçus car le marché chinois n’a pas répondu. J’imagine que les analyses du marché n’avaient pas été assez bien faites. Je crains que cela ne se termine mal…

Avec qui aimeriez-vous investir ?

J’adorerais être co-investisseur avec les Business Angels qui me précèdent dans le classement. Ou bien dans certains fonds qui sont performants, plutôt orientés vers la tech comme ISAI par exemple.

Quel est votre ticket moyen ?

J’investis dans les startups entre 20K et 50K euros : ce donc sont plutôt des petits tickets. Je me comporte un peu comme au casino: c’est-à-dire que je mets beaucoup de petits tickets en espérant qu’il y aura un numéro gagnant.

Quel est votre rythme d’investissement ?

Il est assez soutenu en ce moment. Il y a tellement de beaux projets. Ces 6 derniers mois j’ai investi dans une dizaine de startups. C’est une affaire d’opportunités.

Dans quelles startups AngelSquare avez-vous déjà investi ?

Plusieurs, mais celle dont on parle le plus en ce moment c’est Wingly, une plateforme de co-avionnage qui met en relation des particuliers et des pilotes.

Quels sont vos critères de sélection ?

Je suis psychologue de formation. Pour moi l’homme ou la femme entrepreneur a beaucoup d’importance. J’irai jusqu’à dire que c’est mon critère premier. Je regarde également le produit, le concept et le marché bien-sur, mais mon premier critère reste l’entrepreneur.

Quelles sont les qualités fondamentales d’un entrepreneur ?

Outre toutes les qualités professionnelles que je recherche dans une équipe fondatrice, ce que je regarde c’est la capacité à ne pas se décourager: le métier d’entrepreneur est tellement parsemé d’embûches ! Il faut du courage, de l’agilité, savoir s’adapter à un environnement mouvant. Si on n’a pas cette qualité de fonds je crois qu’on ne résistera pas.

Quelle est votre stratégie d’investissement ?

Je n’en ai pas réellement de stratégie, je fonctionne au coup de cœur et c’est la rencontre avec l’entrepreneur qui va me donner envie d’investir.

Quelle est votre valeur ajoutée ?

Les entrepreneurs me veulent à leur tour de table à cause de mon métier de conseil en recrutement, qui reste une préoccupation première des startups c’est-à-dire comment bien recruter. Ce sont évidement des conseils tout à fait bénévoles, je ne fais aucun business dessus.

Créez-vous des synergies entre les startups de votre portefeuille ?

Beaucoup et c’est d’ailleurs ce qui me plait le plus. Je trouve que c’est un des rôles importants du Business Angel. Je peux vous donner un exemple. Une entreprise de meringues dans laquelle j’ai investi voulait promouvoir son produit pour la fête des mères. Elle voulait joindre les meringues à des fleurs. Je l’ai donc mise en relation avec Blooms, une startup spécialisée dans la vente de fleurs en ligne.

Enfin, quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur en recherche de fonds?

Il faudrait qu’il adapte sa présentation à son interlocuteur. C’est un défaut qu’ont beaucoup de jeunes entrepreneurs. Je pense qu’il y a des gens qui veulent avoir beaucoup de détails, d’autres moins, donc il faut qu’il comprenne quelles sont les attentes singulières de la personne qui l’écoute. Il faut qu’il soit assez synthétique sans développer de détails inutiles. Et enfin il faut qu’il arrive à manifester sa passion et sa foi dans son projet.

Comme Chantal, investissez dans les plus belles startups aux côtés des meilleurs investisseurs sur www.angelsquare.co !

L’équipe AngelSquare

Béatrice de Hillerin